L’heure est grave, Le SNICS voit Rouge

Carousel publication BBL 97Depuis plusieurs mois, nous vous alertons sur le retour insidieux d’un service de santé scolaire, cette fois il est inscrit dans la loi.
L’équipe pluri professionnelle composée de médecins, d’infirmier.es et d’assistant.es de service social, pilotée par le médecin, est de retour.
La loi dite de confiance, déposée en procédure accélérée, a été votée à l’assemblée nationale le 19 février dernier. Actuellement en cours d’examen au Sénat, seuls les articles supprimés ou amendés par le Sénat feront l’objet de nouvelles discussions.

Tout lien fonctionnel avec un médecin nous éloignera irrémédiablement de la réalisation de notre rôle propre pour participer en tant qu’auxiliaire à la réalisation du diagnostic médical.

Notre place au cœur des établissements et notre autonomie professionnelle ont permis à notre profession de développer tout son art et son rôle propre au service des besoins de santé des élèves et à leur évolution. Dans un avenir proche, c’est l’accueil et l’écoute qui disparaîtront au profit d’examens de dépistage. Un non sens !

Ajoutés en catimini et sans dialogue par d’anciens médecins de l’Éducation Nationale, ces trois articles de loi sont à l’origine d’un mouvement unitaire de défiance.
Cette fois, c’est dans l’unité avec le SNIES que le SNICS appelle les infirmier.es de l’Éducation Nationale à une mobilisation massive à Paris le 07 mai pour obtenir la suppression de ces articles.

Tout comme la loi dite de confiance, la loi de transformation de la Fonction publique consacre l’orientation néo-libérale de ce gouvernement, avec un affaiblissement sans précédent de la Fonction publique. La fin du paritarisme et les mesures prises pour contourner le statut mettent à mal les principes d’égalité et de neutralité qui assurent un traitement impartial à tous les usagers.
Dans un contexte d’inégalités croissantes, une Fonction publique forte revêt une importance capitale.
Le SNICS, la FSU et l’ensemble des fédérations de fonctionnaires exigent le retrait de ce projet de loi !
Parce que les fonctionnaires sont les garants des valeurs de la République, un appel à la grève est lancé pour tous les agent.es le 9 mai prochain ainsi qu’une initiative nationale à Paris le 12 juin.

PARCE QUE 15 MILLIONS DE CONSULTATIONS INFIRMIERES ÇA COMPTE, RESTONS AU SERVICE DES ELEVES.


Imprimer   E-mail